Archives de l’auteur : Hélène Mulot

Parution d’un dossier « bibliothèques et communs de la connaissance »

Le numéro 76 de la revue Bibliothèque(s) de l’association des bibliothécaires de France vient de paraitre avec un dossier intitulé communs de la connaissance .

Sommaire (extrait d’un article de Michel Briand sur le site a-brest)  :

- P 8 Communs de la connaissance : de quoi parlons-nous ? par Hervé Le Crosnier

Un bien devient commun par la nature de l’activité qui s’y rapporte. Garantir la circulation et le partage est essentiel à l’émergence de la connaissance et à son accroissement.
C’est une condition pour faire de la « société de la connaissance » mieux qu’un mot, une réalité – et la mission des bibliothèques.

- p 12 Communs de papier par Hervé Le Crosnier

  • La joie des communs à propos de David Bollier, avec La renaissance des communs
  • Les communs par institution à propos de Pierre Dardot et Christian Laval, dans Commun
  • Une approche juridique à propos de Repenser les biens communs coordonné par Béatrice Parance et Jacques de Saint Victor.

- p 15 Commun vs enclosures Quand les bibliothèques publiques verrouillent l’accès aux biens communs informationnels par Lionel Maurel

Dr Jekyll et Mr Hyde, les bibliothécaires ? Donneurs d’accès dans l’environnement physique, ils se métamorphosent en « verrouilleurs d’accès » dans l’environnement numérique.
Une prise de conscience est nécessaire pour résoudre cette posture schizoïde.

- p 21 Le domaine public consacré par la loi par Pierre-Carl Langlais

Le copyfraud trahit l’idée originelle d’un patrimoine commun, utopie des Lumières devenue réalité, au profit de la privatisation et de la marchandisation des biens.
Peu à peu reconnue, la fragilité du domaine public appelait un soutien du législateur.
Le projet de loi proposé par Isabelle Attard vise à assurer la préséance du domaine public sur toute protection.

- p 25 L’utopie du Métronome par Vincent Chapdelaine

Plutôt que de s’interroger sur l’évolution de la bibliothèque, pourquoi ne pas imaginer à quoi ressemblerait un établissement conçu à partir des usages, pour que chacun puisse bénéficier d’un accès égal et complet à la culture et au savoir.
Et si l’exigence du partage amenait à inventer… la bibliothèque ? Utopie ? Oui, mais si proche…

- p 28 Wikipédia et bibliothèques Une production commune des savoirs ? par Rémi Mathis

Référence consultée spontanément par des centaines de millions d’internautes, Wikipédia s’estime plus proche d’une bibliothèque que d’une encyclopédie.
Un rapprochement qui s’explique par un positionnement partagé dans le champ des
biens communs.

p 31 Une copy partie c’est quoi ? par Solène Dubois

- p 32 Les Bibliobox : une valorisation des communs en bibliothèque par Thomas Fourmeux

De plus en plus en bibliothèque de bibliothécaires ont fait le choix de mettre en place des BiblioBox dans leurs établissements.
Service numérique innovant, elle a aussi l’avantage d’introduire la notion de biens communs de la connaissance en bibliothèques.
Comment la BiblioBox permet-elle aux bibliothécaires de participer au mouvement des communs ?

- p 35 Choisir la liberté Le logiciel libre, potentialités et mises en pratique par Julien Devriendt

Par les valeurs qui les sous-tendent les logiciels libres sont en phase avec les missions des bibliothèques :
favoriser l’accès, la diffusion et le partage des savoirs.
Mais pour en profiter pleinement, il faut expérimenter leurs potentialités en les inscrivant dans un projet d’établissement.

- p 38 Le droit de lire numérique par Vincent Bonnet

L’édition électronique numérique a surgi rompant la cohérence de la chaîne du livre, produit historique forgée dans un temps long pour y substituer une nébuleuse d’acteurs aux intérêts contradictoires et où les bibliothèques peinent à prendre place pour garantir les droits de leurs usagers.
Eblida mène campagne pour rétablir un « droit de lire numérique ».

- p 42 Communs et politique publique du numérique à Brest par Michel Briand

Les révolutions technologiques ne s’annoncent pas : pas plus jadis la céramique qu’aujourd’hui le numérique.
Mais en affectant notre mode d’existence, elles induisent des changements sociétaux qui appellent d’être pensés par le politique.
Comment une collectivité peut-elle répondre, de sa place, aux défis qui lui sont ainsi lancés ?
avec
- un portail des savoirs des bibliothèques municipales, Julie Le Mest
- le réseau Doc@Brest, Fanny St Georges, Perinne Helly
- Biblio Remix pour imaginer et co-construire les services d’une biblothèque Léa Lacroix et Eric Pichard

- p 46 La Licence ouverte à la Bibliothèque interuniversitaire de santé par Jean-François Vincent

Passer de la reconnaissance d’une exigence de principe – la mise à disposition du domaine public – au placement effectif de plusieurs millions d’images et documents sous Licence libre ne se fait pas sans raisons – qui ne sont pas nécessairement celles que l’on croit – ni sans négocier avec les contraintes. Exemple

- p 49 Photographier au musée, entre légitimité et barbarie par Julien Dorra

L’interdiction de photographier dans un musée rend perceptible une conception implicite de ses missions qui ne reflète pas la multiplicité de ses usages, rêvés et réels.
Envisager la culture comme un bien commun suppose de faire droit à ces usages : des communautés telles que Museomix s’y emploient.

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather

Les communs : culture de la participation et culture numérique. Vers une littératie des communs ?

Ces dernières années  ont vu l’émergence du concept de biens communs dans l’éducation et notamment auprès des professeurs documentalistes. Un billet publié simultanément sur le site Doc Pour Docs et sur le site du collectif SavoirsCom1 par Hélène Mulot est donc l’occasion de faire un état des lieux (non exhaustif) de ce que sont les communs dans l’enseignement et comment les prendre en compte.

Public Domain CC0- geralt- http://pixabay.com/fr/arbre-structure-r%C3%A9seaux-internet-200795/

Public Domain CC0- geralt- http://pixabay.com/fr/arbre-

Voici le plan de ce billet :

I-                  Comment définir les communs dans l’enseignement ?

1-      Quelles ressources sont des « communs » de l’enseignement ?

2-      Quelles communautés peut-on identifier ?

3-      Quels modes de gestion et de gouvernance peuvent être proposés ?

II-               Quelles formations peut-on proposer autour des communs ?

1- La formation au droit et à la notion d’auteur

         La copy party au CDI et  Les licences libres

         L’autoritativité et la cartographie des sources

2- La formation à la culture de l’information : la copie et le document de collecte

3- La formation à la publication

4- La présence en ligne (gérer ses données)

5- La culture numérique

6- Culture de la participation et de la contribution

III- Quelques ressources  pour aller plus loin

Un scoop.it http://www.scoop.it/t/communs avec leTag « enseignement »

Une série de 6 webinaires proposés par l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense sur le thème des biens communs numériques au premier trimestre 2014.

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather

Domaine public et biens communs de la connaissance

A signaler un mémoire, de Clément Tisserant, de fin d’étude du diplôme de conservateur,  portant sur la remise en cause de l’économie traditionnelle du savoir par le collectif SavoirsCom1. Publié sous licence CC0.

« Résumé en français : Les nouvelles pratiques culturelles qui se développent dans l’environnement numérique remettent en cause les modèles traditionnels de l’économie du savoir. Mais ce sont aussi les politiques publiques et la légitimité des bibliothèques qui sont interrogées. Fondé par deux bibliothécaires, le collectif SavoirsCom1 appelle de ses voeux la multiplication du partage de fichiers numériques au nom de la défense du « domaine public » et des « biens communs de la connaissance ». Les débats suscités par leurs positions sont liés à la fois à la conception qu’ont les professionnels de leurs missions et à leur opinion sur les moyens de financement de la création et des institutions. »

 

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather

Introduction de la séance 4 « Savoirs collaboratifs et médiations »

Introduction de la séance 4 par Gabriel Alejandro Medina Aguilar et Brahim Abaragh


Silvère Mercier
exerce aujourd’hui comme Conservateur à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou (BPI). Dans cette institution, il est responsable de la médiation et de l’innovation numérique. Cofondateur du collectif SavoirsCom1, il  a un parcours professionnel riche dans le domaine de la médiation numérique. Ses diverses expériences l’ont amené à connaitre des secteurs professionnels variés comme la médiation numérique et les réseaux des médiathèques. Il a aussi d’expérience comme formateur pour des agents publics impliqués dans le domaine culturelle, autour des sujets comme la gestion du changement, la production de contenu et le livre numérique, entre autres.Présentation des intervenants

Administrateur de la Wikipédia francophone et son contributeur régulier  depuis  2006, Pierre Carl Langlais prépare sa 2ème année de doctorat en sciences de l’information et de la communication. Sa thèse porte sur « l’information financière dans la presse quotidienne ». En même que son travail de thèse, il s’intéresse à la recherche sur le data journalisme (projet Jourdain), Wikipedia et l’E-learning. Il travaille actuellement sur la création du premier journal académique français portant sur des études wiki, à savoir la wikilogie.

Problématique générale du webinaire Séance #4 : Savoirs collaboratifs et médiations

À l’heure de ce qu’on appelle  la « société de l’information », le savoir se révèle un des piliers pour la construction d’un tissu social plus riche et  plus autonome. Ces savoirs, en tant qu’information en sens large du terme (celui qui évoque une dimension formative pour le sujet), sont devenus la matière première pour certains acteurs du secteur marchand au niveau numérique.  Les enjeux se rendent plus délicats dans un contexte où les États du Nord et du Sud semblent laisser de plus en plus au secteur privée la responsabilité de la circulation de la connaissance, de l’accès aux savoirs ou de la modernisation de l’éducation.

D’ailleurs, la circulation des savoirs et les mutations sociétales mettent en évidence des difficultés de nature différente. Les métiers qui sont impliqués se voient dans l’obligation de se modifier et de fusionner, ce qui implique la mise en scène de nouveaux acteurs et la rencontre des visions différentes par rapport à la culture.

Dans ce sens, nous pouvons dire qu’il y a une nécessité de travailler autrement. Le collaboratif, par  nature horizontal et chaotique (ce qui n’est pas du tout une faiblesse), met en évidence un questionnement autour des autorités classiques.

Ainsi, les transformations des bibilothèques en tant qu’institution, la réussite de quelques efforts marginaux et la présence toujours puissante des industries culturelles sont des éléments qui montrent l’importance de continuer à veiller pour l’accès, le partage et la pluralité culturelle. D’où la nécessité d’un débat académique échappant au piège d’une illusoire neutralité vis-à-vis cette situation politico-économique, surtout lorsqu’on voit l’émergence des dernières discussions publiques concernant par exemple le travail des chercheurs et celui des « activistes », articulé parfois, comme dans le cas de nos intervenants.

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather

Webinaire MOOCDocTice : en quoi le webinaire développe le travail de co-construction entre apprenants ?

Dans le cadre d’un MOOC destiné aux professeurs documentalistes (#MOOCDocTice ), un webinaire a été organisé le 28 février 2014. Louise Merzeau a développé un argumentaire autour de la question : « en quoi le webinaire développe le travail de co-construction entre apprenants ?  »

Elle s’est largement appuyée sur l’expérience des webinaires du Master Info-Com.

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather

Biens communs numériques Webinaire séance 1 (extraits)

Le webinaire #1 proposé autour de Hervé Le Crosnier et Lionel Maurel a permi de poser un certains nombre de notions et de questions autour de la question des biens communs, en particulier numérique.

L’intervention de près de trois heures s’est déroulé en 2 temps principaux. D’abord une présentation des deux intervenants. Ensuite, pendant près de deux heures, ils ont répondu aux questions des étudiants ainsi qu’aux personnes suivant le webinaire à distance. (voir le Storify du webinaire)

Ci-dessous les principaux extraits du webinaire (n’ont été occultés que les passages pour lesquels le son ne permettait pas une compréhension suffisante)

1- Introduction de Hervé Le Crosnier

2- La théorie des communs

3- Les enclosures

4- La tragédie des communs et ses critiques par A. Ostrom

5- La fin des années 90- début des années 2000 : émergence des communs numériques

6- Comprendre les communs

7- Quatre critères pour évaluer les communs

– la nature du bien/service concerné,
– la communauté et sa gouvernance,
– les risques d’enclosure
– le bundle of rights autour de la ressource

8- Spécificité des biens communs dans l’environnement numérique

9- Changement de paradigme : économie de l’abondance des ressources

10- Question de l’appropriation : l’exemple du logiciel libre

11- Les licences Creative Communs

12- L’exemple de L’open data

13- L’exemple de Wikipedia

14- Internet est-il un bien commun ?

15- Biens communs / biens publics

16- Communs universels et la question de la communauté

17- Les droits fondamentaux

18- Question de J-M. Salaün sur l’appropriation par une communauté et question de la gouvernance sur les biens communs

19- Question de H. Mulot sur les restrictions

20- Question sur le Domaine public

21- Question des libertés

22- Question sur Google : logique du « fair use »

23-Question de L. Merzeau sur le partage et le sens à donner à l’action collective

24- Question de L. Merzeau sur la responsabilité des pouvoirs publics pour la défense et la promotion des biens communs

25- Question de L.Barbe sur le mode de gouvernance de Wikipedia

26- Question d’H. Mulot sur la contribution créative et sur l’enseignement des biens communs

27- Remarques sur le dispositif du webinaire

28- Question d’un étudiant de l’ENS de Lyon sur l’accaparement des biens communs

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather

Calendrier de l’Avent du domaine public 2014

Réalisé par les membres du collectif SavoirsCom1, Le Calendrier de l’Avent du Domaine Public permet de découvrir jour après jour, à partir du 1er décembre 2013 au 1er janvier 2014, les auteurs dont les œuvres vont tomber dans le domaine public en 2014.

Présentation du calendrier sur SavoirsCom1 : Lancement imminent du Calendrier de l’Avent du Domaine Public 2014 !

 

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather

Journée d’étude : Reconnaître le domaine public pour enrichir les biens communs de la connaissance ?

Le 31 octobre à l’Assemblée Nationale, Paris

Journée d’étude qui conclut ce mois de l’opération Villes en Biens Communs.

« Cette journée s’inscrit dans le prolongement du rapport Lescure, qui recommandait d’inscrire une reconnaissance positive du domaine public dans la loi, ce qui fait défaut actuellement, afin de mieux le protéger et d’assurer son rayonnement« 

A l’origine de cette initiative la députée Isabelle Attard,membre de la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale et le collectif SavoirsCom1.

4 tables rondes ont été organisées autour de la problématique : Reconnaître le domaine public pour enrichir les biens communs de la connaissance ?

Table-ronde 1 : Consacrer le domaine public par une définition positive dans la loi ?

Table-ronde 2 : Identifier les fragilités du domaine public en France

Table-ronde 3 : Diffuser et valoriser le domaine public numérisé

Table-ronde 4 : Un domaine public volontaire pour élargir nos biens communs ?

Programme complet et présentation sur le site de Savoirs Com1.

Plusieurs formes de restitutions et prises de notes :

Prise note collaborative de ces tables rondes :

DPAN

Cartographie en direct sur livemapping

livemipping

Le Hashtag #DPAN sur twitter

  twitter2

Mathieu Guiraud, juriste, a publié sur le blog  PI Scope  « Journée d’étude à l’assemblée nationale : le domaine public en quête de reconnaissance ». Il dresse un état de la notion de domaine public et de son « pendant » la copyfraud

CR : Hélène

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather